Nos activités

RECHERCHES D’HÉRITIERS

 

Les généalogistes sont amenés à procéder à des investigations poussées qui réclament, d’une part, des techniques d’investigation spécifiques et, d’autre part, des autorisations administratives strictement réglementées.

La grande majorité des informations dont ils ont besoin sont protégées pour le respect de la vie privée, et ne sont par conséquent accessibles que sur autorisations spéciales. Elles se consultent sur place, dans des centres d’archives publics ou privés, français ou étrangers.

En France, les archives qu’ils exploitent sont principalement déposées dans chacune des 36 000 mairies du territoire, dans les services départementaux des archives, aux Archives nationales (Paris, Fontainebleau et Pierrefitte), au centre des Archives d’Outre-Mer (Aix-en-Provence), au Service central de l’état civil (Nantes) ou encore dans certains ministères (Finances, Affaires Étrangères, Justice) et services décentralisés (centres de fiscalité, greffes des tribunaux, etc.).

Les effets conjugués des profondes mutations sociologiques qui ont modifié la famille cellulaire (développement des unions libres, baisse des mariages, augmentation des divorces, multiplication des familles recomposées), de l’accroissement de la mobilité géographique, des migrations internationales, de l’allongement de la durée de vie humaine et de l’isolement des personnes âgées, contribuent à solliciter davantage l’expertise des généalogistes pour retrouver des héritiers inconnus et/ou fixer les dévolutions successorales, c’est-à-dire en assurer l’exhaustivité.

Les champs d’investigations des généalogistes s’élargissent dans l’espace au profit de recherches de plus en plus complexes et d’héritiers éloignés tant par des degrés de parentés lointains que par des liens affectifs ou géographiques distants voire inexistants.

Au niveau national, plus de 83% des successions sont réglées au profit de conjoints ou de descendants alors que 80% des successions traitées par des généalogistes sont réglés au profit de parents plus éloignés. En outre, les généalogistes découvrent, en moyenne, 9 héritiers par succession c’est-à-dire 3 fois plus que les successions classiques traitées par le notaire.


 

REPRÉSENTATION D’HÉRITIERS

 

A toutes les étapes du règlement de la succession, le généalogiste représente l’héritier. Il assure tous les rendez-vous nécessaires et se déplace partout où la présence physique est requise. Ses connaissances du règlement des successions et de la fiscalité lui permettent de trouver des solutions à chacune des difficultés qui se présentent, en veillant à préserver au mieux les intérêts de l’héritier qui l’a mandaté.

Cette charge exige également beaucoup de temps dans la mesure où les successions connaissent des situations de plus en plus difficiles à résoudre. On considère que, en moyenne, les formalités et démarches prennent, selon les dossiers, entre 390 et 220 jours.