Colloque sur les Archives essentielles: Généalogistes de France voit la numérisation comme une formidable opportunité

13/02/2018

Invité à débattre lors du colloque organisé par le Service Interministériel des Archives de France au CESE le 8 février, Antoine Djikpa, Président de Généalogistes de France, s’est exprimé lors de la deuxième table ronde: “Craindre ou espérer ? Les enjeux de la collecte et de l’évaluation au prisme des usagers des archives”, aux côtés de l’historienne Annette Wieviorka (historienne et membre du Conseil supérieur des Archives), Thierry Chestier (Président de la Fédération française de généalogie) et Gilles Morin (historien et président du comité des usagers des Archives nationales).

20180208_102844Intervention d’Antoine Djikpa, Président de Généalogistes de France

Généalogistes de France a ainsi pu réaffirmer son soutien à une politique de numérisation des archives, qui est avant-tout une formidable opportunité qui permettrait aux généalogistes professionnels d’identifier chaque année un nombre d’héritiers plus important qu’actuellement (150 000 héritiers par an). Les généalogistes professionnels sont en effet dépendants de leur possibilité de croiser des sources diverses, afin de retrouver les ayant droits et de continuer à garantir une parfaite sécurité juridique de leur recherche.

Généalogistes de France souhaite également que les usagers, et notamment les généalogistes professionnels, soient plus intégrés au processus de sélection des archives, afin de déterminer ce qui peut et doit être conservé. Antoine Djikpa a rappelé qu’il est indispensable de conserver des séries complètes d’archives, plutôt qu’effectuer une sélection par échantillonnage.

Par ailleurs, suite à l’annonce par la ministre de la Culture Françoise Nyssen d’une consultation des archivistes sur la thématique des archives essentielles, prévue entre avril et juin, Généalogistes de France demande que l’ensemble des usagers soient intégrés à cette consultation.

20180208_091043Ouverture du colloque par Françoise Nyssen, ministre de la Culture

Enfin, Généalogistes de France, membre du Conseil supérieur des Archives, suivra avec la plus grande attention les travaux de la commission dédiée annoncée par le Président du CSA Jean-Louis Debré.